Dynamique de groupe

La Participation optimale des membres d’un Groupe

À l’heure actuelle, beaucoup de cadres et d’intervenants cherchent un coupable. Lorsque la production va mal ou que les liens au sein d’un groupe s’usent, alors il faut que des têtes tombent.

M’intéressant beaucoup à l’approche systémique, je trouve que cette manière de faire n’est pas idéale. Elle empêche aux individus d’un groupe d’être. Elle ne prend pas en compte des interactions récurrentes. Et on se plonge dans la complexité de la psyché humaine (qui donne le tournique).

Dans cet article, je souhaite distancer le lecteur face à la recherche d’une cause/ effet sur la production et la solidarité, mais plutôt voir chaque individu en constante interaction avec la cible commune et les autres.

Cet article permet de mieux comprendre comment améliorer le travail en équipe (lien à ajouter). Évidemment, c’est de la théorie. C’est moins agréable à lire qu’un récit ou lorsque je vous parle passionnément de mes principes.

Néanmoins, la théorie vous permet de structurer votre environnement. Vous ne verrez plus jamais un groupe de la même manière!

Les axes de participation, un tout dynamique.

Dynamique de groupe

Que faut-il pour participer de manière optimale?

Il existe deux axes. Un axe de participation à la production et un axe de participation à la solidarité.

Pour chaque axe existent cinq positions que les membres d’un groupe vont prendre plus ou moins fréquemment.

Bien qu’il est inutile pour le praticien de chercher constamment à définir où se situe qui, la connaissance de ces axes, positions et la reconnaissance d’éléments invariants (il est toujours absent) permet de mettre en place une stratégie d’animation pour conserver une énergie groupale.

Une position sur un axe ne juge pas la personne, elle décrit uniquement les faits visibles d’un participant à un moment donné.

Il est important de garder en tête que ces positions ne sont pas toujours prises volontairement. Il se peut que sans y penser, un participant commence à regarder son smartphone, il change donc de position sur son axe.

À ce moment, il vous manque une image pour bien comprendre et vous ne voyez pas vraiment où je veux en venir…

Voilà!

2 axes de participation. La production et la solidarité avec cinq position pour chaque axe

2 axes de participation. La production et la solidarité avec cinq position pour chaque axe

La définition des positions

Sur chaque axe se trouvent cinq positions qu’un membre pourra prendre au fur et à mesure la vie du groupe. Un membre n’a donc pas de position fixe et définitive. Il est en constante évolution en fonction de différents facteurs. Je vous offre une définition succincte pour chaque position et ceci pour chaque axe (production et solidarité).

J’utilise le bleu pour indiquer la productivité et le vert pour indiquer la solidarité.

Le centre en production



Le membre qui oriente le groupe sur la cible commune ou sur son fonctionnement (du groupe) occupe la position du centre. La position n’est pas liée au leadership (qui est plus une influence d’un membre sur un autre ou plusieurs autres).

Exemple de contribution à la production:
– Indique ce que le groupe devrait faire en intégrant ce qui a été dit par les membres auparavant.
– Fais une proposition sur la façon de procéder pour atteindre la cible commune (par exemple définir un procédé décisionnel)

 

Exemples d’obstacle du centre

Comme vous pouvez le constater à cet instant, une position sur un axe peut avoir un impact négatif et positif.

– Présente sa position comme un solution globale et définitive.
– Demande un vote prématuré avant d’avoir entendu les arguments des intéressés.

Le centre sur l’axe de solidarité

Lorsqu’un membre se comporte de façon à amener le groupe dans une direction favorisant la solidarité ou à lui faire obstacle, il occupe la position du centre.

Contribution:
– Proposer une procédure pour prévenir les interruptions et les échanges simultanés.
– Signale au groupe un climat de tension

Obstacle:
– Fait pression pour écourter les échanges
– Choisis une norme sans consulter les membres du groupe

L’émetteur en production


Un membre occupe la place d’émetteur lorsqu’il apporte une contribution personnelle reliée à la cible commune ou à une manière de faire pour atteindre cette cible.

Deux éléments sont nécessaires pour devenir émetteur: un lien clair avec la cible en commun et l’expression d’une opinion ouverte à la discussion « on peut en parler ».

On peut devenir émetteur sans utiliser de mots: en approuvant ou non avec la tête, par exemple.

Positif:
– Pose une question au sujet de la cible commune qui mobilise le groupe
– Donne son opinion sur la cible du moment sans se fermer aux discussions

Négatif:
– « Je sais que j’ai raison et je ne changerai pas d’idée »
– Donner son opinion en coupant la parole


L’émetteur en solidarité

Un membre se positionne sur la position de l’émetteur lorsqu’il apporte une contribution à la solidarité, ou inversement, nuit à la solidarité.

Positif:
– Souligne l’influence d’un membre
– Encourage un membre qui hésite de s’exprimer

Négatif:
– Reproche le retard d’un membre (plutôt que de l’accueillir)
– Ridiculise un membre

Le récepteur en production

La position du récepteur est occupée par un membre qui manifeste un intérêt pour la contribution d’un autre membre du groupe. Le verbal et le non verbal sont très présents.

Positif:
– Regarde attentivement
– Pose une question afin de clarifier l’intervention d’un autre membre

Négatif:
– Encourage un membre qui s’exprime de façon dogmatique
– Pose une question qui a coupé la parole (soutien)

 

La position de récepteur en solidarité

Dans la thématique de la solidarité, un membre devient récepteur lorsqu’il indique non verbalement son attention aux positions occupées par les autres membres plutôt qu’à leurs idées. Ou lorsqu’il pose des questions qui influent sur la solidarité des groupes.

Positif:
– Balaie du regard l’ensemble du groupe
– Manifeste son intérêt pour une personne qui n’est plus dans le groupe (sur son smartphone par exemple)

Négatif:
– Alimente un conflit
– Écouter deux membres qui chuchotent entre eux

La position de satellite en production

Un membre occupe cette position lorsqu’il indique qu’il est distrait de la cible commune (par exemple il lit ses emails) pendant la discussion. Il peut occuper cette position volontairement ou alors y arriver sans s’en rendre compte. Seul son comportement est pris en considération.

Positif:
– Exprimer sa fatigue et saturation du moment
– S’excuse d’avoir été distrait et explique pourquoi

Négatif:
– Intervenir sans raison et lien avec la cible
– Communique avec un autre membre en aparté

Position de satellite en solidarité

Un membre occupe la position de satellite lorsque son comportement indique clairement qu’il n’est plus en communication avec les autres.

Positif:
– S’isole pour contribuer à la production du groupe en expliquant pourquoi au groupe
– S’isole pour digérer une émotion qu’il n’est pas utile de partager au groupe

Négatif:
– Refuse de partager de l’information importante à la réussite du groupe
– Se livre à une occupation personnelle sans lien avec les occupations du groupe

La position de satellite ne se remarque pas une absence psychologique d’un individu dans les activités du groupe.

La position d’absent

Une personne physiquement hors lieu occupe la position d’absent.

Positif:
– Prévenir son retard et expliquer les raisons
– Faire parvenir l’information au groupe en vue d’une absence

Négatif:
– Le groupe ne sait pas pourquoi il est en retard
– Quitte le lieu sans expliquer pourquoi

La position d’absent sur l’axe de la solidarité

Je ne vais pas vous faire de dessin.

 

Comment utiliser cet outil qu’est l’axe de participation?

Il serait intéressant de conscientiser ces axes aux individus qui composent un groupe. Comme je le dis souvent, le leadership appartient au groupe et pas à un seul individu (le chef désigné). Il serait donc judicieux d’offrir la possibilité à chaque membre du groupe de s’auto-observer pour évaluer et le cas échéant améliorer sa contribution dans la production et la participation.

C’est pareil pour vous, en lisant les quelques exemples que j’ai pu donné, vous avez dû vous souvenir de certains moments où vous agissiez négativement (en faisant obstacle) aux activités du groupe. Cela met en avant la dynamique constante des membres sur ces axes.

Il y a une multitude de raisons qui font qu’un membre se déplace sur ses axes. Personnalités, conflits entre les individus, motivation, problèmes personnels, manque d’expérience, etc.

Il n’est pas nécessaire de connaître les causes. C’est un challenge mental pour ceux et celles qui cherchent à comprendre le pourquoi du comment. Il est préférable d’en rester au comportement observable et de considérer l’humain comme une boîte noire. Souvenez-vous: chacun a le droit d’être ce qu’il est.

Ce qui est clair: la position d’absent et de satellite retire de l’énergie au groupe. Et si tout le monde cherche à occuper la position de centre et d’émetteur, l’énergie d’entretien devra être utilisée pour réguler la situation.

Il est intéressant de constater qu’un membre occupe généralement quotidiennement une ou deux positions. Cette région est son centre de gravité.

Un intervenant attentif peut habilement inciter les membres à tester d’autres positions. Une personne qui parle peu peut être invitée à prendre la parole sur un sujet.

La participation optimale

Il n’est pas possible de répondre à cette question: où doivent se situer les membres du groupe pour participer d’une manière optimale? Peut-être que la théorie a une réponse à cette question, mais cela n’apporte pas beaucoup au praticien.


En revanche, la position de récepteur est la plus accessible et on attend à ce que les membres se positionnent régulièrement sur celle-ci.

C’est une exigence minimale.

Un membre qui ne peut pas occuper cette position va nécessiter une grande dose d’énergie d’entretien au groupe. Pensez à ces chefs qui n’arrivent pas à écouter les propositions de leur collaborateur. À ces personnes qui sont souvent ailleurs.

Il est important pour chaque membre d’occuper quelques fois la position d’émetteur.

Dans un groupe qui fonctionne bien, les positions d’émetteur et récepteur sont occupées le plus fréquemment. Évidemment, ils sont occupés positivement.

Il est également important de garder à l’esprit que la participation repose sur deux axes. La production et la solidarité. Un groupe qui agit positivement sur la production sans prendre en considération la solidarité ne va pas loin. Ces deux axes sont complémentaires et ils doivent le rester tout au long de la vie du groupe.

Si vous souhaitez faire naître une participation optimale..

…évitez de chercher à comprendre pourquoi un individu agit de la sorte, mais observez le contexte, l’ensemble du groupe.


Chacun a droit d’être ce qu’il est.

Il est donc recommandé d’inviter les gens à prendre de nouvelles positions (récepteur, émetteur, centre, satellite et absent) sur les deux axes (production et solidarité). Cela nécessite des techniques d’animation que je n’aborde pas ici.

La position de récepteur devrait être celle de base, celle que tout le monde soit capable d’occuper (positivement). La position de satellite et absent retire de l’énergie au groupe.

Julien Leader Blogueur

Source: Les petits Groupes Participation et Animation 3e édition Yves St-Arnaud

Secouez votre réseau (ou au moins quelques de vos amis intelligents)
la semaine dernière

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous

Laissez une réponse

CommentLuv badge


Pour répondre à un commentateur, utilisez le sigle: @ + nom de l'auteur