Nouveau: La Loi de Pareto Revisitée

En juin 2016, une maison d’édition m’a approché pour rédiger un livre. Les discussions ont duré quelques semaines.
Au final, j’ai décidé de rendre ma table des matières et préface en un mois. Je me suis basé sur la loi de Pareto pour m’organiser et travailler. 

Vilfredo Pareto est l'inventeur du principe de Pareto

Vilfredo Pareto est l’inventeur du principe de Pareto

La loi de Pareto, j’en entends parler à l’armée, dans mes cours et au travail. À vrai dire, j’en entends parler par beaucoup de monde, mais peu connaissent vraiment le principe utile à prendre avec.

En simple: 20 % de quelque chose apporte 80% du résultat…

Enfin, comme vous le verrez plus loin, ce n’est pas tout à fait le cas.

  • 20% des clients apportent 80% du chiffre d’affaires
  • 20% des habits de votre armoire sont utilisés 80% du temps.
  • 20% de votre journée vous apporte 80% de vos résultats
  • 20% des conducteurs provoquent 80% des accidents
  • 20% des commentateurs du blog commentent le 80% de mes articles…
  • 20% de ce que vous faites vous apportent 80% de bonheur  (pour peu que le bonheur puisse être calculé en %)

20% des l…

OK j’arrête. Je voulais juste tester votre patience.

Chaque système cherche à économiser ses ressources, nous ne dérogeons pas à la règle.

Des théories faciles à comprendre, déformées voir carrément biaisées pullulent sur internet, dans les livres, certains cours et j’en passe.

Pour ne citer que quelques exemples: la loi du 55 / 38 / 7 (55% d’un message provient du langage non verbal, 38% de l’intonation et 7% des mots utilisés), les 21 jours pour créer une habitude, la nécessité de se lever tôt pour réussir, la pyramide de Maslow et à présent la loi de Pareto.

Il est communément admis que 20 % des efforts apportent 80% des résultats et que le 80% des efforts comblent les 20 % restants.

À la base, le Principe de Pareto vient de Vilfredo Pareto (un économiste Italien né en 1848 en Italie et mort en 1923 en Suisse). La loi de Pareto désignait la répartition des richesses du peuple italien. 20% de la population détenait le 80% des richesses.

Au passage, Vilfredo est l’exemple parfait de sa loi: en 35 ans (la durée de sa vie) il a apporté de nombreuses et importantes contributions à la sociologie et l’économie. Chapeau bas!

Ne vous m’éprenez pas: 10% des travailleurs peuvent créer 100% du résultat. Alors que le 90% ne fait rien et glande.

30% des visiteurs peuvent laisser 70% des commentaires. Et 1% des clients peut apporter 95% des ventes.

La loi de Pareto souligne un élément important pour être efficace et efficient: la majorité des choses dans la vie ne sont pas réparties uniformément.

Certains efforts, certains sacrifices et certaines actions contribuent plus que d’autres à l’atteinte de votre objectif.

Le défi est de trouver ces éléments qui contribuent plus que d’autres à la réussite. Et pour trouver ces éléments, il est important de prendre du temps au départ d’une activité. Il est important de ne pas jongler avec 8 balles en courant dans une roue de hamster. 

Trouver les activités qui apportent un maximum de résultat, c'est un peu comme trouver Charlie.

Trouver les activités qui apportent un maximum de résultat, c’est un peu comme trouver Charlie.

Dans un monde parfait, la loi de Pareto n’existerait pas

Chaque site internet aurait le même nombre de visiteurs
Je porterais chaque habit de mon armoire le même nombre de jours par année,
Il n’y aurait pas de riche, pas de pauvre, les enfants à l’école feraient les mêmes notes.

Mais le monde n’est pas uniformément réparti. Certains naissent pauvres dans des pays en guerre, d’autres dans des familles riches loin de la violence, ceux qui me disent que l’on peut tous y parvenir sont rarement ceux qui se sont fait bombarder et qui ont perdu des membres (de leur famille). Mais c’est un autre débat.

La loi du 20/80 (autre appellation de la loi de Pareto) souligne uniquement que la majorité des choses n’ont pas un équilibre 1:1.

Et là vous vous demandez en quoi la loi de Pareto peut vous être utile au quotidien…?

Le principe de Pareto vous aide à réaliser que la majorité de vos activités, amis, tâches, rendez-vous, blogs que vous suivez, argent que vous dépensez, contribuent de manière minime à ce que vous souhaitez obtenir.

Je ne suis pas là pour vous dire quoi faire de votre vie. Peu importe votre objectif, la plus grande partie de vos activités n’apportent que trop peu de résultats.

J’en parle plus en détail dans ma newsletter.

Posez-vous la question suivante: quels sont les éléments sur lesquels vous devez vous concentrer pour atteindre un maximum de résultat? Je vous donne un exercice à réaliser après la prochaine petite expérience…

Julien, tu peux me donner un exemple léger pour que je comprenne bien de quoi tu parles?

Dans la vidéo ci-dessous, une voiture est dessinée avec le logiciel Paint. Le temps est accéléré. Vous n’êtes pas forcé de la regarder complètement pour comprendre l’explication un peu plus bas…


À présent, admettons que vous vouliez présenter 1 design de voiture à votre client. Vous avez 5 minutes à disposition.

20 % du travailAprès 1 minute (la vidéo passe en accélérée) le résultat permet déjà de voir à quoi ressemblera le résultat final.

 

 

40 % du travailAprès 2 minutes, la couleur est ajoutée. Pas de grands changements.

 

 

60% Après 3 minutes, les reflets sont perceptibles.

 

 

80% du jobAprès 4 minutes, le modèle est presque terminé, il reste les détails à ajouter.

 

 

100% du job

À la fin de la vidéo (5 min) le modèle est terminé. Le client sait exactement à quoi ressemble sa voiture mais est-ce vraiment ce qu’il souhaite?

 

 

Évidemment, que le modèle final est meilleur que le modèle après 1 minute. Mais partons du principe que vous n’avez pas toutes les informations nécessaires pour déterminer si vous êtes dans la bonne voie. Par exemple, votre client n’est pas sûr de lui…

Si vous passez 5 minutes sur le même modèle, vous présenterez ceci à votre client.

La loi de pareto exemple voiture

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous utilisez la loi de pareto, vous passez 1 minutes sur 5 modèles différents, vous lui présenterez cela…

Le principe de paretoCapture d’écran 2016-07-21 à 17.50.26Capture d’écran 2016-07-21 à 17.52.09

Voiture pareto Capture d’écran 2016-07-21 à 18.13.00

Partons du principe que nous vivons dans un monde où tout est de plus en plus complexe. Un monde dans lequel une décision peut-être annulée sans préavis. Un monde où la rapidité des informations s’accroit de plus en plus (sans compter la tendance générale des gens à s’engager difficilement).

Il est intéressant de conserver sa marge de manoeuvre en proposant plus de choix afin de préciser la tendance de quelque chose et ensuite laisser le client / partenaire / collègue / coéquipier, s’engager dans un modèle qu’il aura choisi.

Dessiner certains concepts pour ensuite se diriger vers la bonne solution en écoutant le feed-back du système qui vous entoure est la manière de réussir avec un minimum d’effort.

Un autre exemple (que vous pouvez sauter si vous n’êtes pas blogueur ou que vous êtes pressé(e))

Si vous voulez vendre une formation sur votre site, vous pouvez faire le plan, tourner la formation, récolter des témoignages, faire la marketing, la page de vente et ensuite voir si cela fonctionne.

Ou vous pouvez simplement faire le plan, la lettre de vente, faire comme si votre produit était prêt. Lorsque le client clique sur votre produit, il est redirigé sur une fenêtre qui lui explique que le produit est en cours d’amélioration (ou qu’il n’est plus en vente pour le moment). En lui laissant le choix évidemment de laisser son adresse email pour l’informer du prochain lancement.

En fonction du nombre d’inscrits, vous pouvez effectuer vos calculs.

Dans l’exemple du dessin, après 1 minute, votre client connait le design, la forme, le look général. Le reste est du détail sur lequel vous passerez du temps, si le feed-back va dans le sens de votre premier jet.

Loin de moi l’idée de négliger le détail. Pour arriver au 100% du résultat, il faudra y passer du temps et c’est souvent là que vous ferez la différence. Car vous n’aurez pas utilisez vos ressources à recommencer totalement un nouveau dessin…

Si je reprends mon histoire en cours avec la maison d’édition: évidemment que je suis intéressé, mais je ne vais pas passer des heures et des heures à créer un livre si c’est pour me faire rembarrer après des mois d’isolation (si la maison fait bien son job, je ne dois pas être le seul sur le coup ;))

Je préfère réaliser deux variantes qui délimitent les contours de mon ouvrage pour ensuite laisser la possibilité à la maison d’édition d’intervenir.

À la fin, les détails seront importants, il m’est impensable de rendre un livre qui contient des fautes d’orthographe par exemple.

Conclure avec la loi de Pareto

L’idée de base est la suivante: les choses ne sont pas uniformément distribuées. Des efforts peuvent apporter plus de résultats que d’autres efforts. Des moments de la journée sont plus importants que d’autres.

Pêcher le matin à 7h est mieux que de pêcher à 11h du matin. Les poissons mordent plus facilement. Prendre le périphérique de Paris à 17h demande plus de temps qu’à 3h du matin. Sortir une nouvelle collection de glaces en hiver fonctionnera moins bien qu’en été. Le 20% des moments d’une journée apportent le 80% de résultats. On passe du quoi ou quand.

Cela fonctionne aussi.

Plutôt que créer 1 article de blog en 3 heures (qui traite d’un sujet), il est intéressant d’en publier 3 qui prennent chacun une heure et de voir comment le système réagit (les lecteurs du blog) puis d’approfondir le sujet qui a le mieux marché…

Dernier élément: ne pensez pas que 80% du travail est satisfaisant.
Je dis souvent qu’il faut éviter d’être perfectionniste, c’est vrai. Mais si je prends l’exemple d’une voiture: le 15% des ressources permettent de créer le 87% de l’automobile. Mais si vous ne mettez pas le volant… ou si vous ne mettez pas les freins, alors le 100% ne sera pas atteint et je ne me risquerais pas d’essayer votre voiture.

Je prends un exemple extrême pour bien souligner l’importance de terminer à 100% ce que vous commencez.

Chacun à une vision différente d’une qualité à 100%. Le piège est de constamment peaufiner les détails, d’améliorer un design, un concept, alors que d’autres activités permettent d’avancer significativement vers l’objectif. Que l’on soit bien d’accord, tout peut toujours être amélioré.

Si vous déléguez, expliquez clairement à la personne que vous briefez, quel résultat représente le 100%.

Mettre en pratique la loi de Pareto

Avec l’agenda bloc, analysez de quoi est composé votre semaine. Puis éliminez ce qui n’apporte pas assez de résultats. En éliminant, vous augmentez vos ressources (temps / énergie / argent) qui vous permettront d’effectuer plus aisément les tâches à haute valeur ajoutée. Ne croyez pas qu’éliminez est simple: nous vivons dans un système qui nous force à consommer, tout essayer, avoir une vie agitée et distrayante. Si vous souhaitez radicalement améliorer votre productivité, efficacité et efficience, commencez par appliquer la loi de pareto en supprimant ce qui n’amène pas assez de résultat dans votre vie actuelle.

Une fois que plus rien ne peut être supprimé, améliorez ce qu’il reste 😉

Moins mais mieux.

Je parle de mon organisation personnelle, la loi de parkinson appliquée à vos journées, et d’autres concepts qui vont vous aider à franchir un gros cap dans votre organisation.

Tout se trouve derrière ce clic.

Julien

Inspiré d’ici (anglais)

PS Qui sait où votre commentaire vous amènera?

Secouez votre réseau (ou au moins quelques de vos amis intelligents)
depuis 6 mois

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous

Marine - depuis 6 mois

Salut Julien !

merci pour cet article sur la loi de Pareto ! J’en connais le principe « global » qu’on lit partout depuis un moment, après quant à débusquer vraiment le « 20 % » qui apporte le max, c’est plus compliqué pour moi…

« la majorité des choses dans la vie ne sont pas réparties uniformément.
Certains efforts, certains sacrifices et certaines actions contribuent plus que d’autres à l’atteinte de votre objectif.
Le défi est de trouver ces éléments qui contribuent plus que d’autres à la réussite. »

Oui, c’est un défi ^^. J’ai par exemple éliminé depuis plusieurs mois le fait de regarder au moins 1 fois par jour des comptes twitter et 1 forum dans cette optique.

« Le principe de Pareto vous aide à réaliser que la majorité de vos activités, amis, tâches, rendez-vous, blogs que vous suivez, argent que vous dépensez, contribuent de manière minime à ce que vous souhaitez obtenir. »

« Des efforts peuvent apporter plus de résultats que d’autres efforts. Des moments de la journée sont plus importants que d’autres. »

C’est vraiment pas évident pour moi d’éliminer ou « réduire » des tâches (ex : regarder moins souvent les e-mails boulot/perso), je l’ai fait pour certaines, j’essaye d’en trouver d’autres.

C’est surement long parce qu’il faut vraiment étudier ce que l’on fait, comment on le fait, émettre un jugement (est-ce nécessaire ? jusqu’à quel point ?)

« Moins mais mieux »

Ouaip, plus de qualité, moins de quantité. Je trouve que beaucoup de « tâches » trucs que je fais qui rapportent peu surviennent lorsque je m’ennuie/suis fatiguée, comme lire certains trucs sur Internet (tu lis un article intéressant, y’a un encart pub sur un autre pof tu cliques, etc.)

Tu utilises une méthodologie/process particulier pour débusquer les tâches qui rapportent beaucoup et celles qui rapportent peu ?
Tu procèdes une fois par semaine je crois pour remplir la case 20/80 de l’agenda BLOC ou tu te mets des signes une fois la tâche terminée pour bien te garder en mémoire la perception ?

ciao 🙂

Répondre
Julien Leader Blogueur - depuis 6 mois

Salut

Tu soulèves pas mal de questions pertinentes, je vais répondre à celles qui me semblent le plus facile, réfléchir sur les autres, et revenir (si je ne me fais pas bouffer par mon ouragan d’activités quotidienne).

Depuis plusieurs mois, je sais que le moment de la journée qui m’apporte le plus est le début de la journée et le temps que je passe déconnecté. Celui je l’ai identifié car en fin de semaine je fais une réunion avec un gars et on compare nos objectifs et ce que l’on a produit comme résultat.

Mais en fait pour réussir à définir ce qui apporte le plus de résultat, il faut recueillir des données qui te permette de mesurer, et surtout, essayer un truc à la fois pour essayer de définir ce qui fonctionne le mieux. Sans oublier que chaque système est unique et donc ce qui a fonctionné un jour ne fonctionnera peut-être pas le lendemain.

Une technique que je vais prochainement tester (et partager sur le blog) c’est celle de l’objectif unique ” WIdly Important Goal” défini en terme de X à Y pour DATE.

Puis de définir des lead measures (mesures prédictives). Alors c’est assez flou expliqué ainsi, mais cela te permet justement de t’adapter en temps réel plutôt que de devoir prier pour un résultat.

Je sais ce n’est pas encore clair…

Exemple: Tu veux perdre du poids. Tu te donnes un objectif de 5 kilos en 3 mois.

Et ensuite, tu te dis: bon le premier mois je perds 1.5 kg. Le deuxième mois pareil et le dernier mois 2 kilos. Mais tu bases ton plan sur des objectifs qui ne sont pas influencable en soi. Tu dois donc mettre des mesures prédictives qui vont t’amener à ce résultat et mesurer ces mesures.

Semaine 1 & 2 > Faire 20 minutes de sport 4 fois par semaine > et commencer tes journées par ça
Semaine 3 & 4 > Manger XXXX Calories par jour > et noter ces infos

De cette manière, tu vas plus aisément pouvoir définir ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins. Ainsi tu augmentes tes possibilités de constater ce qui t’apporte des résultats….

Une autre méthode consiste à te dire (après avoir défini un objectif) Qu’est-ce qu’il me manque / Quel est l’obstacle? Et de démolir l’obstacle. Puis de continuer (et de voir ce qui apporte le plus de résultat). Par exemple: Je veux gagner 4000 Francs par mois avec mon blog > Qu’est-ce qu’il me manque? Des clients? J’appelle 3 entreprises par jour pour leur proposer mes services.

C’est radical mais en général cela fonctionne. Mais pour reprendre des termes systémiques, je ne souffre pas encore assez pour appliquer ce genre de méthode.

Bon, c’est décousu, mais cela va s’affiner dans les articles à venir.

J.

Répondre
Julien Leader Blogueur - depuis 6 mois

Et j’ajoute encore qu’il y a tous les problèmes de nos biais cognitifs qui font qu’on va plus facilement voir ce que l’on veut voir dans ce que l’on juge efficace… 😉

Répondre
Adeline - il y a quelques mois

Bonjour Julien!

Je viens de découvrir tes articles. Vraiment top ! C’est précis, et même si je pensais avoir éliminé les actions polluantes, je me rends compte que celles qui restent n’apportent pas assez de résultats. Bel angle sur lequel je vais travailler. Merci.
Bonne journée.
Adeline

Répondre
Marine - il y a quelques mois

Hey

« Depuis plusieurs mois, je sais que le moment de la journée qui m’apporte le plus est le début de la journée et le temps que je passe déconnecté. »

C’est un très grand pas d’avoir identifié ça et de pouvoir (faire tout) pour en tirer parti !

« il faut recueillir des données qui te permette de mesurer, et surtout, essayer un truc à la fois pour essayer de définir ce qui fonctionne le mieux. »

Recueillir des données c’est pas évident je trouve, surtout pour du travail, des tâches « intellectuelles » (pas comme une usine où tu te dis que t’as produit x pièces similaires). Essayer un truc à la fois oui, après faut savoir sur quelle durée. Tous les tests n’ont pas besoin de la même durée pour être validés ou non. Il faut donc ajuster le curseur, en espérant qu’on le fait bien.

« Sans oublier que chaque système est unique et donc ce qui a fonctionné un jour ne fonctionnera peut-être pas le lendemain. »

Exactement, d’où l’importance aussi de pouvoir tester sur une durée assez longue pour évaluer la pertinence du truc « globalement ».

C’est pas évident non plus quand le boulot/tâche est fortement lié à l’extérieur, à de l’information de l’extérieur que tu dois aller chercher ou qu’on t’envoie et que tu dois traiter en « urgence » (demande du boss).

Pour ton exemple sur le poids, tu ne fais pas en semaine 3 et 4 le sport que tu faisais en semaine 1 et 2 en plus c’est ça ?
Comment définis tu la durée de chaque test ? Je veux dire, ok c’est un exemple mais pour le coup si ça se trouve, pour voir du bénéfice au sport il faudrait 8 semaines alors que pour voir des bénéfices sur les calories, 2 semaines suffiraient… mais ça, comment le sais-tu à l’avance ? C’est du pifomètre ?

« C’est radical mais en général cela fonctionne. Mais pour reprendre des termes systémiques, je ne souffre pas encore assez pour appliquer ce genre de méthode. »

C’est en général le fait de « souffrir assez » à un moment donné qui fait que l’on va prendre la décision de changer quelque chose (ou de se laisser couler aussi). Le « souffrir assez » est un déclic, constat. Agir dessus est une autre histoire…

« Bon, c’est décousu, mais cela va s’affiner dans les articles à venir. »

Cool:)

Belle soirée !

Répondre
Julien Leader Blogueur - il y a quelques mois

, tu mets le doigt dessus: les données ne sont pas facile à récolter et pourtant, le travail de récolte ne doit pas prendre bcp de temps, sinon tu ne le fait pas. Je travaille sur une série d’article (voir newsletter du jour) qui permettra d’établir un tableau de bord visuel pour savoir si tu gagnes / perds.

Bref.

Ben si tu veux vraiment savoir ce qui apporte le plus de résultat, en semaine 3-4 tu ne fais pas de sport. Si tu perds plus, en mangeant simplement moins, pourquoi continuer à faire du sport? Après tu peux faire du sport pour la dopamine, le plaisir de te défoncer, mais c’est un autre objectif, une autre raison.

Parfois le pifomètre suffit, mais souvent, des mecs ont déjà fait les tests et ils ont publié sur internet. Perso je m’appuie sur le travail de gens qui sont passés par là avant.

Par rapport à se laisser couler, cela m’intéresse pas mal ce sujet. J’en parle bcp autour de moi… notamment avec la prise de poids (quand est-ce que tu te laisses couler?). Très intéressant.

Certaines discussions m’ont rapidement amené dans la génétique…

À développer 😀

Pas de réponse ojd.

Tu cherches à tester des trucs avec le principe de Pareto?

J.

Répondre
Marine - il y a quelques mois

Hello

« les données ne sont pas facile à récolter et pourtant, le travail de récolte ne doit pas prendre bcp de temps, sinon tu ne le fait pas. »

Oui. C’est le problème de beaucoup de choses. Comme le système d’organisation qu’on choisi ou qu’on essaye de suivre. S’il est trop compliqué/prend trop de temps, on laisse tomber.

« Je travaille sur une série d’article (voir newsletter du jour) qui permettra d’établir un tableau de bord visuel pour savoir si tu gagnes / perds. »

Génial 🙂

« Parfois le pifomètre suffit, mais souvent, des mecs ont déjà fait les tests et ils ont publié sur internet. Perso je m’appuie sur le travail de gens qui sont passés par là avant. »

Oui ça aide de savoir ce que d’autres ont fait pour résoudre un problème similaire au notre. Mon approche à ce niveau est de consulter plusieurs trucs, pas de me jeter sur le premier machin sur lequel je tombe. Et puis je fais en fonction de ce qui me parle.

« Par rapport à se laisser couler, cela m’intéresse pas mal ce sujet. J’en parle bcp autour de moi… notamment avec la prise de poids (quand est-ce que tu te laisses couler?). Très intéressant. »

Oui je crois aussi car là comme ça, je sais pas trop si on peut être objectif sur le truc.
Pour reprendre ton exemple du poids. Tu prends un mec d’à peu près la même taille.
Pas dit que votre « poids » de forme soi le même. Ça dépend de tellement de trucs, notamment la morphologie (sans parler du fait que graisse et muscle pèsent pas pareil).

« Tu cherches à tester des trucs avec le principe de Pareto ? »

Tester oui et non. Disons que j’essaye de me poser régulièrement la question « 20/80 ? » qui dans mon esprit veut dire gros : OK est-ce que t’as pas déjà fait assez pour que ce soit bien (donc sans tomber dans perfectionnisme). Qu’est-ce que tu pourrais faire au minimum pour rapporter un maximum satisfaisant (et non « parfait »).

@+

Répondre
Julien Leader Blogueur - il y a quelques mois

Ah merde , je crois avoir mélangé deux de tes commentaires.

Je me perds.

Je teste un truc qui prend 2 clics pression du pouce pour être maintenu en vie et que tous les lecteurs du blog peuvent voir. Histoire de mettre un bon gros engagement..

Je pense que tes réflexions sont globalement bonnes. T’es déjà bien plus avancée que la majorité.
Perso j’ai aussi envie de pousser le truc beaucoup plus loin.
J.

Répondre
Marine - il y a quelques mois

no souci, de toute façon ça déborde régulièrement dans les com’, on revient aux fondamentaux;)

« Je teste un truc qui prend 2 clics pression du pouce pour être maintenu en vie »

Alors là je vois pas ^^ enfin j’imagine vu que tu évoques le « pouce » que c’est lié à un Smartphone…

« Perso j’ai aussi envie de pousser le truc beaucoup plus loin »

J’aimerai aussi car je sens bien qu’il y a un gros potentiel là-dessous, mais c’est comme « simplifier » la vie, le quotidien, je trouve pas ça facile du tout à appliquer dans la vraie vie.
Peut être pas assez de temps pour réellement penser et tester, je sais pas…

@+

Répondre
Julien Leader Blogueur - il y a quelques mois

Haha

Oui je parle du Smartphone…
Les tests vont commencer dans le courant du mois d’octobre… je suis mega optimiste (et j’en parle presque dans tous les commentaires).

Les personnes qui vont tester sont aussi assez impatientes… on verra si elles arrivent à tenir encore quelques temps.

ça vient!

Le calme avant la tempête!

J.

Répondre
La Loi de parkinson se base sur 2 principes. Découvrez-les - il y a quelques mois

[…] loi de parkinson, tout comme la loi de Pareto, sont des concepts que l’on entend souvent lorsque l’on s’intéresse à faire plus avec les […]

Répondre
Laissez une réponse

CommentLuv badge


Pour répondre à un commentateur, utilisez le sigle: @ + nom de l'auteur