Produisez intelligemment: La loi de Parkinson revisitée.

Dans cet article, découvrez comment la loi de parkinson vous aidera à être plus productif et efficace au quotidien.

La loi de parkinson, tout comme la loi de Pareto, sont des concepts que l’on entend souvent lorsque l’on s’intéresse à faire plus avec les mêmes ressources.

Et c’est souvent le cas, dans mon sondage qui a reçu 287 réponses en quelques jours (un grand merci à vous si vous y avez participé) beaucoup d’entre vous explique qu’ils ne savent pas comment dégager des ressources dans un quotidien surchargé pour accomplir les choses qui compte vraiment.

J’ai deux bonnes nouvelles:

La première, nous sommes en train de tester un système qui permettra justement d’accomplir dans un quotidien surchargé, et honnêtement, je ne parle plus d’articles, mais d’un concept où nous avancerons ensemble. Avec comme point fédérateur ce blog. Et comme image le film 300. À la place des monstres sur le terrain nous aurons nos propres défis, nos propres contraintes mais mon job sera de vous donnez les bonnes épées. Rien que ça.

Loi de parkinson et film300

La deuxième, la loi de parkinson va pouvoir vous aider à accomplir plus.

C’est quoi la loi de parkinson?

Une activité prendra tout le temps à sa disposition pour être accompli.

En gros, cet article, j’ai décidé que j’allai l’écrire en 30 minutes.

Évidemment, je ne pourrais pas parler de tout, mais c’est justement le but. Volontairement mettre une limite temporelle à vos activités est beaucoup plus puissant que vos imaginations 😉
Vous sélectionnez ce qui fait la différence et ignorez les détails.

(Devrais-je utiliser ce mot? Ou plutôt ce mot-là?)

Alors beaucoup de personnes on comprit qu’elles étaient plus efficaces avec un gros timer et un engagement. Il y a la technique pomodoro qui se base également sur la loi de parkinson.

Et naturellement, quand votre temps est compté, vous ne le dilapidez pas en vous rendant sur les réseaux sociaux. En bref: la valeur de votre temps augmente lorsque vous utilisez la loi de parkinson.

Plutôt que de vous cantonnez à uniquement l’utiliser pour des tâches ponctuelles, utilisez la loi de parkinson à vos journées: Mettez une deadline à laquelle vous quittez votre bureau. Car les heures supplémentaires, c’est le mal.

Vous pouvez aller beaucoup plus loin en travaillant continuellement avec cette loi en tête. C’est justement ce que je suis en train de développer et ce qui est en train d’être testé…

Au final, derrière la loi de parkinson, il y a deux principes…

Ces deux principes sont bien connus de celles et ceux qui arrivent à produire un maximum:

#1 Être son propre bourreau

#2 Embrasser les contraintes

Réussir à s’autoconvaincre et le fondement de toute discipline.

Si vous souhaitez mettre en place de nouvelles habitudes, comme vous levez plus tôt, vous allez devoir vous piéger vous-même. D’ailleurs ce point-là me donne envie l’idée d’un deuxième article que je vais écrire dans la foulée. Le titre sera le suivant: la motivation vient avec le mouvement.

Les contraintes sont positives

Beaucoup de gens voient les contraintes comme quelque chose de négatif. Alors que c’est face à l’adversité que l’on devient créatif.

L’exemple le plus simple: est-ce que les entrepreneurs sont issus d’une entreprise dans laquelle ils avaient une assistante + un énorme salaire? En général pas. C’est parce que c’est dur et désagréable que les gens se bougent. Est-ce que j’aurai eu envie de faire des conférences et ouvrir un blog si dès le départ j’avais été un fils à papa blindé de fric?

Probablement pas.

C’est parce que je galérais sur mes chantiers et parce que je ne voyais pas d’issues, exceptée celle de me sortir les pouces du cul, que j’ai décidé de fonder leader & blogueur. Période.

Et je vous le dis: plus vous venez de loin, et plus votre ascension sera inspirante pour les gens. Regardez les mecs qui sont malades, qui d’un coup perde l’usage de leurs jambes, ils sont au bout et parce qu’ils tiennent et surmontent leurs problèmes, leurs réussites n’en est que plus inspirante.
Ne vous cachez pas de vos contraintes, n’essayez pas de les éviter, trouvez un moyen de composer avec. Évidemment, je ne vous dis pas: rendez-vous la vie difficile. Elle l’est déjà assez pour nous. Chacun mène son propre combat. Mais ce que je dis c’est la chose suivante: parfois il y a des obstacles, des difficultés, des contraintes qui sont incontournables. Il faut composer avec. Il faut agir avec plutôt qu’espérer de les voir disparaître.

Le plus bel exemple: il y a quelque jour je m’entraînais à mon spot favoris. Je faisais quelques tractions et il y a avait un couple qui s’entraînait aussi, ensemble. Il y avait Monsieur, Madame, et il y avait une poussette avec un enfant nouveau-né.

Plutôt que de se dire “De toute façon, après avoir accouché il est normal de prendre du poids” Madame s’est directement pris en main (et je vous garantis qu’elle n’avait rien à envier aux autres femmes qui s’entraînaient). Pour elle, son accouchement + nouveau-né aurait pu être une contrainte, mais en fait, elle s’est simplement dit” Je dois composer avec, et je vais composer avec pour faire ce qui est important pour moi”.

Et c’est ce qu’il faut se rappeler de la loi de parkinson: les conditions ne sont pas parfaites, mais ce sera fait.
C’est tout ce qui compte.

Vous n’aurez jamais assez de temps.
Vous n’aurez jamais assez d’argent.
Vous n’aurez jamais les bonnes personnes autour de vous.
C’est une bonne chose

Les contraintes poussent à l’innovation et à la créativité.

Loi de parkinson

Comment utiliser la loi de parkinson au quotidien?

  1. Un début et une fin à chaque activité. C’est ce que je martèle aux gens qui utilisent l’Agenda BLOC (d’ailleurs il est conçu pour vous pousser à créer des blocs)
  2. Un début et une fin à vos journées.
  3. Un début et une fin à vos objectifs.

Si vous êtes bloqué, si vous n’avez pas assez de temps, pas assez d’énergie, pas assez de ressources, c’est une bonne chose. Faites du mieux que vous pouvez avec ce que vous avez.

Attendre d’avoir la situation parfaite pour commencer, vous mets dans une position de passivité. Dans une position fragile (et évidemment, confortable).

Si vous souhaitez aujourd’hui accomplir votre projet, atteindre vos objectifs, alors organisez-vous et exécutez le job.

Merci pour votre attention.

J.

Secouez votre réseau (ou au moins quelques de vos amis intelligents)
depuis 9 mois

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous

Ogier DOLLÉ - depuis 8 mois

Je retiens la deadline pour quitter le boulot car sans elle, on se fait aspirer !

Merci pour ce nouvel article !

Répondre
Marine - depuis 8 mois

Salut !

Ah 300 ! Tu files les épées mais aussi les casques et boucliers ? 😉

Depuis que j’ai entendu parler de la loi de Parkinson, je m’en sers pour certaines tâches et c’est vrai que ça permet souvent d’effectuer plus rapidement un truc.
Par contre je l’utilise pas systématiquement pour tout, genre quand je mange.

Je pense que derrière, il faut aussi savoir ce que l’on va gagner si l’on atteint l’objectif : mettre moins de temps à faire un truc. Pour ne pas dilapider ce temps dans des bêtises. Par ex, se dire OK je vais faire x en 30 minutes au lieu de 40 minutes, et grâce à ces 10 minutes, je vais passer ce coup de fil important que je repousse/me bouger un peu pour me mettre en énergie après être resté vissé sur ma chaise, etc.

« Ces deux principes sont bien connus de celles et ceux qui arrivent à produire un maximum:
#1 Être son propre bourreau
#2 Embrasser les contraintes »

Carrément. Ce qui passe souvent pour être « chiant » parce qu’on se fixe des limites, on a plus de discipline, ça fait moins « cool ». Mais c’est efficace. Après ceux qui parviennent à faire sans, tant mieux pour eux si ça leur convient, perso j’ai tendance effectivement à me fixer des contraintes pour avancer (et à me mettre des pièges aussi, cf le réveil ^^).

« C’est parce que c’est dur et désagréable que les gens se bougent »

Oui, c’est la plus grosse motivation. Le fait que ça te fait tellement chier que : soit il faut que tu changes ; soit tu t’enfonces (pète un câble, etc.)

« Et c’est ce qu’il faut se rappeler de la loi de parkinson: les conditions ne sont pas parfaites, mais ce sera fait.
C’est tout ce qui compte. »

En fait c’est un peu combiner parkinson + pareto non ? faire au mieux dans le temps imparti, avec les ressources dont l’on dispose.

« Attendre d’avoir la situation parfaite pour commencer, vous mets dans une position de passivité »

Ouais du coup, bah, on fait pas grand-chose…

Article qui donne des clés importantes pour avancer.
Et le mieux est de tester pour voir si ça marche 😉

Belle soirée 🙂
Marine a publié récemment: Estime de soi : le socle de votre bien-êtreMy Profile

Répondre
Écrire un livre: Première semaine • Leader & Blogueur - depuis 8 mois

[…] Le dicton suivant me fait souvent rire: si vous souhaitez que le travail soit fait, demander à la personne la plus occupée de votre entourage. Encore un exemple de la loi de Parkinson. […]

Répondre
Julien Leader Blogueur - depuis 8 mois

Salut

Merci pour ton retour, et oui, c’est le gros message de l’article. Sans deadline sérieuse, c’est le début des emmerdes.

J.

Répondre
Julien Leader Blogueur - depuis 8 mois

Salut

“Je pense que derrière, il faut aussi savoir ce que l’on va gagner si l’on atteint l’objectif” > Des questions intéressantes à se poser…

#1 J’ai une boule de cristal, je vois que tu ne vas pas atteindre ton objectif, quelles sont les raisons?

#2 Quelles sont les conséquences si tu n’atteins pas ton objectif?

Si tu dis un truc dans le genre ” bah, c’est pas trop grave” alors tu n’as pas le bon objectif, ou trop de choix (ce qui n’est pas bon non plus…)

“En fait c’est un peu combiner parkinson + pareto non ?”

Exemple concret: tu dois faire un feu, tu te fixes 1 heure pour couper du bois (Parkinson), si tu coupes un arbre vivant, ton feu ne prendra pas. Tu auras donc réussis à réaliser ton objectif de couper ton arbre en 1 heure, mais ce seront des efforts vains, car le bois vert ne prend pas.

Cette histoire m’est arrivée récemment (je l’ai vu..), pour cette raison que je te la sors. 😉

A+

Répondre
Marine - depuis 8 mois

Hey

(pareil, pas reçu de notif)

« Si tu dis un truc dans le genre ” bah, c’est pas trop grave” alors tu n’as pas le bon objectif, ou trop de choix »

Clair. Pour n’importe quel truc, objectif, habitude, changement en somme, si t’es pas assez motivé genre « je m’en fous total si ça marche pas » alors y’a beaucoup moins de chances que tu parviennes à tes fins.

Ah oui ça l’histoire du bois, c’est typiquement un truc qu’il faut savoir, d’où le fait de ramasser du bois mort et de mettre le bois à l’abri de l’eau une fois coupé (ok il est plus vert au bout d’un moment mais s’il est plein d’eau, ça n’aide pas non plus).

++

Répondre
Julien Leader Blogueur - depuis 7 mois

D’où l’importance de brûler ses bâteaux…

Merci

Répondre
Fixer un objectif: La méthode SMART et ses alternatives - le mois passé

[…] travail prend le temps à sa disposition pour être réalisé. Il s’agit de la loi de Parkinson. Et si vous ne définissez pas de deadline, vous allez prendre beaucoup plus de temps que […]

Répondre
Laissez une réponse

CommentLuv badge


Pour répondre à un commentateur, utilisez le sigle: @ + nom de l'auteur