Glossophobie: comment réduire la peur de parler en public.


En moyenne, les lecteurs mettent 7 minutes pour lire cet article.

---

Tout de suite, découvrez comment lutter contre la glossophobie (la peur de parler en public) en arrêtant d’utiliser une stratégie d’évitement. Bonne lecture et pensez à m’écrire en cas de question.

Glossophobie: déstresser pendant sa montée! 

La glossophobie ou peur de parler en public

La glossophobie ou peur de parler en public

Ce titre vous laisse perplexe? Vous vous demandez ce qu’il me prend d’écrire des mots si complexes?
Vous allez tout comprendre dans les secondes qui suivent…

Vous avez déjà lu beaucoup des articles sur la glossophobie (la peur de parler en public)? Beaucoup d’auteurs vous ont donné des astuces pour apprendre à gérer cette peur?

Mais bon, cette peur est toujours présente et vous vous demandez si cet article pourra vous permettre de surpasser cette peur? Vous vous demandez si j’ai assez d’expérience? 

Je me considère comme un introverti qui aime parler en public, malgré le stress. Je suis toujours stressé avant de prendre la parole, mais j’ai mis en place des techniques pour déstresser, que je partage avec vous. Des techniques pour réduire au minimum cette anxiété initiale.

Je vous donne ma méthode la plus efficace dans les lignes qui suivent…

Cette peur de parler en public (glossophobie) vous ne savez pas d’où elle vient, vous ne savez pas vraiment quelle est sa cause, car lorsque vous parlez à vos amis, tout va bien.

De mon côté, j’ai cherché à trouver sa cause, qui donne naissance parfois à une grande anxiété, alors que d’autres occasions ne provoquent en moi aucun stress. J’ai cherché à trouver des liens entre ces différentes situations mais j’ai vite mis un pied dans la complexité. À force de rechercher des causes, j’ai découvert de plus en plus de problèmes potentiels.

Et les gens agissent souvent de cette manière: je vais chercher la cause du problème pour ensuite appliquer une solution sur cet élément.

Le problème sera donc réglé.

Mais souvent, on s’enfonce dans le brouillard du fonctionnement humain et on perd de vu l’objectif final: offrir une prestation de qualité à notre public. Faire en sorte que le public ressorte avec une image positive de nous.

Face à cette manière de faire, les gens vont chercher sur Google une multitude de manières pour soigner cette glossophobie. Ils vont tomber sur des blogs qui expliquent qu’il y a ça, ça ou ci à faire. Le reste n’est que garniture.

La solution miracle ne fonctionne pas, car les blogueurs et auteurs oublient un élément clé (que j’explique juste en dessous) et la motivation chute. Votre estime également.

Vu que cela ne règle ni le problème ni l’objectif, tôt ou tard, on se retrouve face à notre public, un directeur des ressources humaines, une équipe à conduire, et l’anxiété est à nouveau là. On balbutie, on oublie ce que l’on a tant préparé, on transpire et on se retrouve à zoner dans les limbes du web à la recherche de la pilule magique. De cet article tant convoité. De LA solution.

Je ne vous prends pas pour un con. Il n’y a pas de solution miracle. Ici, vous devez activer vos méninges même si c’est moins agréable (cela fait fuir pas mal de personnes, mais les durs à cuir restent). Ici, vous allez trouver des trucs à tester, que vous allez vous approprier. 

Ce que je vous propose, c’est ce qui fonctionne le mieux pour moi, avec un investissement initial modique!

Naturellement, tout ce qui touche à nos peurs peut être quelque chose de très profond qui nécessite un suivi thérapeutique. C’est sérieux. Je peux m’amuser à changer votre manière de percevoir votre réalité. Je peux vous donner des trucs, qui mis en pratique, vous permettront d’augmenter vos compétences. Mais parfois, un professionnel de la santé est une option à envisager. Certains blogueurs devraient d’ailleurs se faire traiter, si vous voulez mon avis… Bon, je m’égare.

Là, vous vous dites que je tourne au tour du pot, et que je devrais sérieusement vous expliquer les solutions, sinon vous allez partir. J’y viens! 


Glossophobie -> Solution à investissement minimum pour un impact maximum.

Solution pour vaincre le trac

Solution pour vaincre le trac

Sur le long terme, je vous propose les cours de théâtre et Toastmaster, qui est un organisme destiné aux gens cherchant à améliorer leur manière de parler en public.


Vous allez probablement rencontrer des gens qui vous donneront des exercices pour déstresser (je ne sais même pas si ce mot existe…). Mais pas forcément (car rien n’est sûr avec les Humains).

Sans mettre de côté la tendance de l’Homme, lorsqu’il est confronté à un problème, de faire plus de la même chose, en pensant que cela va fonctionner.

– Si je ne gagne pas assez d’argent, je vais travailler PLUS longtemps (plutôt que de trouver un autre travail ou de diminuer les charges)

– Si je suis trop fatigué, je vais dormir PLUS (plutôt que d’augmenter la qualité du sommeil avec les techniques adéquates ou de réduire les activités la journée).

– Si je n’arrive pas à trouver de copines le samedi soir, je vais sortir plus longtemps ou rajouter le vendredi soir (plutôt que d’aller dans la rue le lundi après-midi).

– Si je bois une bière, j’ai plus de faciliter à parler, alors si j’en bois 9 de plus, j’aurais encore plus de faciliter à parler?! (Riez,riez…)

– Lorsque toutes mes relations partent en sucette après 3 mois, je vais chaque fois recommencer en pensant qu’avec le nombre, cela s’arrangera… (plutôt que de réfléchir sérieusement sur des trucs importants..)

– Si je n’arrive pas à faire partir la peur de parler en public, je vais lire PLUS d’articles, regarder PLUS de vidéo et participer à PLUS de sessions en public (plutôt que d’appliquer une technique sur la durée).

– Si mon site internet n’est pas visible, alors je vais écrire PLUS d’articles (plutôt que d’en faire moins, mais différents ou mieux).

– Si je n’arrive pas à plaire aux gens, je vais me faire refaire les SEINS. Puis les LÈVRES. Puis le CUL (plutôt que… enfin bon! Dois-je vraiment vous expliquer l’autre solution???)

Vous vous demandez quels sont les domaines où vous appliquez cette technique du « plus c’est mieux »…

J’arrive (enfin) aux solutions…

Je vais vous 3 méthodes à tester sachant que j’explique déjà 2 méthodes pour gérer le stress avant une présentation, ici avec la technique du 4X4 (qui est une technique de respiration ventrale) et ici avec l’utilisation de votre public comme extracteur.

(Oui, vous avez envie de cliquer, mais attendez la fin de cet article! Une chose à la fois…)

 

Toutes ses techniques contre la glossophobie ont 2 points en commun:


1) Vous devez les pratiquer régulièrement avant la montée sur scène (le jour J).
2) Vous devez les pratiquer dès que vous ressentez l’apparition de l’anxiété, peu importe la cause de l’anxiété.

 

1) Déstresser en contractant et relâchant votre corps.

 

(Cet exercice fonctionne bien, mais je vous en donne un encore plus efficace juste en dessous) Isolez-vous, stoppez toute activité. Debout (ou assis) les pieds écartés d’une largeur d’épaules, vous commencez par prendre conscience de vos orteils…vous les contractés au maximum, vous les maintenez tendus quelques secondes puis vous les relâchez. Répétez le mouvement jusqu’à être bien détendu. Passez aux muscles de vos jambes, puis vos fesses, puis votre ventre, la poitrine, les bras, les mains, pour terminer avec votre tête. Respirez normalement, ne chercher pas à modifier votre respiration, mais prenez-en conscience.

 

2) La pièce bleue pour s’approprier la glossophobie.

 

Cet exercice est différent… vous fermez les yeux, puis vous dites « A » comme chez le médecin (en silence si vous n’êtes pas seul) et en même temps, la pièce dans laquelle vous vous trouvez est envie d’un beau bleu. La couleur progresse jusqu’à votre corps et vous procure une sensation de paix. 


Dans la même veine, il existe un petit exercice que je fais régulièrement, car très discret: je frotte le bout de ma langue contre la face interne de mes incisives (les dents de devant du haut). Je le fais 5 minutes et ensuite je me concentre sur la sensation ressentie.

3) Ni avant, ni après, mais pendant.

Je vous l'accorde, vous n'aurez pas toujours le café à disposition... je dirais même que le café est déconseillé pour lutter contre le stress. Mais j'aime la photo.

Je vous l’accorde, vous n’aurez pas toujours le café à disposition… je dirais même que le café est déconseillé pour lutter contre le stress. Mais j’aime la photo.

Dès aujourd’hui, munissez-vous d’un carnet. Lorsqu’il vous arrivera de vous sentir mal, lorsque l’anxiété arrivera dans votre corps, alors prenez ce carnet.

Peu importe avec qui vous vous trouvez. Peu importe si ce n’est pas le moment. Où que vous soyez, quoi que vous fassiez, saisissez le carnet et répondez aux questions suivantes en rédigeant des phrases sans fautes d’orthographe.

– Décrivez avec le plus de précision possible, avec des faits, votre environnement;
– Comment sont habillés les gens? Quelle est la couleur de leur vêtement?
– Dans quel état est votre corps?
– Écrivez ce qu’il vous passe par la tête…

Cette astuce à un ratio investissement/gain très élevé. Je l’ai testée récemment lorsqu’il a fallu exprimer mon désaccord avec mon supérieur. L’avantage est qu’elle passe souvent inaperçue (vous prenez des notes).

Évidemment, les fans de PNL pourront me dire qu’il y a un moyen de reprogrammer nos images internes, mais cela prend beaucoup de temps et on se plonge dans la complexité (une image en amène une autre à traiter).

Il est toutefois important de commencer à écrire exactement lorsque l’anxiété apparaît. Pas avant – sans quoi vous raconterez votre imagination – ni après – sans quoi vous raconterez vos souvenirs.

 

Pourquoi cette technique est-elle efficace pour traiter la glossophobie?

 

En fait, si je vous dévoile la raison, alors celle-ci sera moins efficace. Mais pour ceux et celles qui sont intéressés, je vous invite à la découvrir dans l’ouvrage suivant: le dialogue stratégique – communiquer en persuadant: techniques avancées de changement de Giorgio Nardone et Alessandro Salvini.

Vous pensez que je suis un salaud de partir sans vous donner l’explication finale?!
Vous avez raison… mais c’est pour votre bien.

Je suis toujours surpris de vous voir à la fin de mes articles. La majorité des gens n’arrivent plus à fixer leur attention plus longtemps qu’une minute. La faute aux smartphone, parait-il…

Prenez 30 secondes pour m’expliquer vos problèmes spécifiques à la prise de parole en public et/ou les solutions que vous avez mise en place pour assurer lors de vos présentations.

Merci pour votre attention, merci pour votre soutien!

Julien Leader & Blogueur

Sources:

Le dialogue stratégique de Giorgio Nardone et Alessandro Salvini
Entraîner sa mémoire, techniques de mémorisation et concentration de Roland Geisselhart et Christiane Hofmann

Photos:

Gratisography.com
unsplash.com

 

Secouez votre réseau (ou au moins quelques de vos amis intelligents)
last year

Click Here to Leave a Comment Below

Bastien Rojanawisut - last year

Une solution pour moi c’est de dire ce que je ressens, de pas faire semblant d’être tranquille si je le suis pas: “je dois te dire que je me sens mal à l’aise de parler en ce moment, je suis un peu tendu.” ensuite une bonne respiration et ca m’aide à fond!

Reply
Julien Leader Blogueur - last year

Salut Bastien! Merci pour le partage de ta manière de faire.

J’avais abordé dans cet article pourquoi ta méthode fonctionne 🙂 Mais ce n’est pas évident à faire car cela demande du courage, et certains conseillers estiment qu’il ne faut pas faire ça.

Pour ma part, je préconise un seul truc: le test pratique.

Merci pour ton retour et bonne lecture 😉

Reply
Respiration ventrale: déstresser sans passer pour un fou - last year

[…] vous voulez aller plus loin, vous pouvez découvrir cet article qui est lié à la glossophobie (ou peur de parler en public) ou me donner votre ULTRASOLUTION pour réussir à déstresser (mais […]

Reply
Avoir le trac et le surmonter. Méthode pour réduire le stress - last year

[…] de faire des conférences ou un discours en public. Je développe également des exercices pour lutter contre la glossophobie (la peur de parler en […]

Reply
fotin - a few months ago

Je ne connaissais pas la glossophobie, je suis contante d’apprende que je ne suis pas seul a vivre cette situation,embarassante,imcapable de donner son opinion sur tout les sujet.Même, avec mes soeur je suis imcapable de m’exprimer je suis comme gelée,rien ne vie .J’ai 67 ans , j’aurais aimer savoir avant , il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Reply
Yasmin - last month

Des fois ça m’arrive, d’autres fois pas du tout, d’être craintive à l’idée de devoir prendre la parole en public (ou tout simplement face à des INCONNUS).

Quand ça m’arrive, je constate que je me trouvais à ce moment-là dans une période de doute, de baisse d’estime et de confiance en moi, de fatigue morale ou tout simplement physique (manque de sommeil),… en bref, lorsque je ne me suis tout simplement pas sous mon meilleur jour.
J’ai beaucoup de fascination pour les personnes qui ne connaissent absolument pas ce problème au cours de leur vie (ou alors ils arrivent systématiquement à plutôt bien le caché …).

Ma stratégie face à une telle situation est d’imaginer l’auditoire, la salle, moins rempli… (imaginer qu’il n’y a que les personnes que je connais…). En agissant ainsi, je remarque que mon exposé est bien donné et que je m’exprime sans encombres. En revanche, je suis complément déconnectée de mon environnement présent…(ce qui n’est pas forcément une bonne chose dans le cas où un intervenant inconnu souhaite interagir avec moi durant ou tout de suite après l’exposé…).

Reply
Leave a Reply:

CommentLuv badge


Pour répondre à un commentateur, utilisez le sigle: @ + nom de l'auteur