Préférez-vous une Jambe Cassée ou un Smartphone Cassé?

Aujourd’hui, j’étais sur une terrasse et je jetais un oeil aux deux jeunes femmes à la table en face de moi. Le comportement compulsif du « déverrouillage d’écran » m’a donné envie d’écrire cet article.

46% choisissent la jambe cassée

Quand on sait qu’un individu passe en moyenne 3 heures devant son smartphone et qu’en demandant à un jeune adulte s’il préfère avoir une jambe cassée ou son smartphone cassé, 46% choisissent la jambe, on se demande sur quoi on se dirige.

Quand je vois ça, je choisis le smartphone.

Au fait, à votre avis, combien de temps en moyenne un email (dans le domaine administratif) reste-t-il non lu? 1 heure? 30 minutes?

6 secondes. Gmail a remplacé les fonds d’écran.

Les notifications nous contrôlent et leur bipbip n’est rien d’autre que des invitations à une dose de Meth!

D’un côté, les procrastinateurs professionnels, les encombrés du bureau, les multitaskeurs et ceux qui ne peuvent s’empêcher de consulter leur smartphone toutes les minutes. Pauvres esclaves inconscients.

De l’autre, les acharnés de l’organisation. Ceux qui jurent que par le réveil matinal, les habitudes et la méthode GTD ou Pomodoro. Ceux qui érigent sur un piédestal la productivité, la performance, l’individualisme et avec cela, le stress.

Au milieu, Julien.

Il y a quelques mois, je vantais les mérites du réveil matinal (mais aussi les orgies sexuelles et douche froide… et je le recommande toujours pour certaines personnes). J’ai testé différents horaires et durant longtemps je me levais entre 5h et 5h30. Mais depuis le début de l’année, je me lève plus tard.

Période.

À vrai dire, je me lève, visualise ma journée, respire un bon coup et je pars travailler.
Je travaille sur mon livre (qui est presque terminé by the way) entre midi et 13h30 et j’en profite de m’entraîner.
Parfois je fais une sieste, parfois pas.

J’y parviens, car je suis à 4 minutes à pied de mon travail… alors qu’en moyenne les Français passent 1h30 dans le trafic par jour. Cela n’a pas toujours été le cas et ce n’est pas acquis.

Trop Vs trop peu organisé

On ne peut pas ne pas s’organiser. Tout comme on ne peut pas ne pas communiquer.
Mais on peut mal s’organiser (en pensant bien le faire) et ceci durant des années. La régularité n’est pas un gage d’efficacité. Si vous doutez de mes propos, touchez-en un mot à un obèse qui s’alimente depuis des années…

Si on ne peut pas ne pas s’organiser, se pencher sur le sujet et utiliser quelques principes, voir quelques méthodes pour devenir plus efficace et efficient est intelligent.

Mais attention à la globalité de la démarche. Je me souviens de Stephen Covey qui faisait l’analogie du carriériste grimpant les échelons de son entreprise des années durant et qui, une fois en haut de l’échelle, réalisa que ce qu’il cherchait ne se trouvait pas là.

Si l’échelle n’est pas appuyée contre le bon mur, chaque étape que nous prenons nous amène juste plus rapidement à la mauvaise place.

Il remarqua que durant des années, il courra après quelque chose qu’il aurait obtenu s’il avait simplement arrêté de courir. Tel un hamster dans sa roue qui court en espérant que celle-ci finissent par s’arrêter.

Les méthodes d’organisations comportent toutes un risque

Celui de nous mettre des œillères et nous plonger dans une pratique mécanique et déconnectée. Prochain palier a atteindre dans 3 mois. Puis prochaine augmentation dans 6 mois.

Combien de fois je me suis énervé lorsque je n’atteignais pas ma mesure prédictive?
Combien de fois ai-je culpabilisé de ne pas parvenir à tenir mes engagements?

Certes j’avançais très rapidement vers mon objectif, mais chaque instant devait être intelligemment utilisé.

Mais.. Mais… Julien..?!

Puis Elisa m’a fait remarquer que j’avais une mauvaise humeur, que ma joie de vivre était beaucoup moins présente. Que mes sautes d’humeur étaient désagréables et de plus en plus fréquentes. Signal à écouter.

Ce fut l’événement extérieur déclencheur qui me permit de réaliser que j’étais dans une mentalité de « et ensuite je fais cela, si j’ai un imprévu, je fais ainsi ».

En gros j’étais toujours dans le futur. Dans la planification. Un peu trop. À en oublier ce que j’étais dans le présent et ceux qui m’entouraient. Je tentais de me rassurer sur ma capacité à contrôler mon environnement, alors qu’au final, on ne contrôle rien du tout et on ne comprend pas grand-chose à la vie 😉

Je suis revenu à un modèle d’organisation plus simple.

1. Durant longtemps j’étais contre les réseaux sociaux et j’ai constaté que l’expérience bien qu’enrichissante me coupait d’une partie du monde. J’ai donc appliqué un autre principe similaire à mon alimentation: the warrior infodiet.

Le principe est très simple: la journée je jeûne (en terme d’emails, réseaux sociaux, etc.) et le soir je ne compte pas le temps passé sur les réseaux. Étrangement ce temps reste très réduit.

2. Un seul objectif avec une mesure prédictive que je dois réaliser dans la journée (merci le système ABLOC). Si je n’y parviens pas, ce n’est pas grave il me reste le week-end. Avec cette souplesse et ce nouveau mindset, je réalise plus facilement ma mesure prédictive. Paradoxal?

Je travaille moins mais j’obtiens les mêmes résultats. D’ailleurs le chapitre 24 du bouquin a comme but de faire comprendre aux gens que le travail acharné n’est pas synonyme de résultats. Mais il y a un grand travail de détricotage par rapport aux idées judéo-chrétiennes “tu dois souffrir pour avoir du mérite”.

3. Durant longtemps ma créativité venait à moi le soir, mais après une période d’insomnie chronique soignée à coups d’approche systémique stratégique, je mis en place une règle stricte: pas de travail 2 heures avant d’aller au lit.

Règle que j’ai fait récemment sauter en acceptant la créativité. Je l’accueille en prenant mon clavier. Je mets mon casque, je m’asseye et à défaut de pouvoir le faire avec mon corps, mes doigts se mettent à danser sur mon clavier.

Auparavant, j’aurais refusé cette montée de créativité.

Auparavant, j’aurais pris une pause après 45 minutes de travail en me disant: il faut faire des pauses, c’est bon pour ma productivité.

4. J’ai une liste d’activités à sélectionner en fonction de mon envie. Le type d’activités varie, mais le résultat est sensiblement le même. Pour l’aspect corps, je suis le programme S&S de Pavel et/ou les 5 Tibétains, ou hardstyle ABS (encore de Pavel), car je me suis fixé une barre de traction. En fonction des envies, je sélectionne l’activité qui me convient le mieux.

Pour le mental, j’ai plusieurs livres en cours de lecture et l’humeur et le moment de la journée me permettront de sélectionner celui qui me convient le mieux. Comme la musique à vrai dire. Si je n’aime pas un bouquin, j’arrête ma lecture.

Auparavant je lisais un livre d’une traite puis passait au second, je me forçais à finir un livre.

Aujourd’hui, je me baladais dans une librairie, rayon gestion du temps.

J’ouvre les livres sur le sujet et je lis des méthodes, des phrases à la con du genre « chaque jour vous recevez 86400 secondes… sur un compte en banque » « La matrice d’Eisenhower vous permet de faire la différence entre l’urgence et l’importance ».

Et je tourne les pages. La loi de Pareto. La loi de Parkinson.
Et je me dis: bordel, rien de neuf.

Il y a vraiment un aspect qui manque lorsque l’on aborde l’organisation, la gestion du temps, l’efficacité, c’est cet aspect holistique, systémique, peu importe comme vous le nommez, mais cette compréhension globale.
Cet aspect j’ai l’intention de le transmettre dans mon prochain bouquin.

L’organisation, ce terme vague, c’est simplement de la connaissance de soi (et parfois des systèmes).
C’est se connaître pour faire les bonnes choses au bon moment et produire l’effet désiré.

Et les meilleurs outils ne vous seront d’aucune utilité si ceux-ci ne sont pas intégrés dans une démarche globale, respectueuse et en mode « marathon » plutôt que sprint.

En résumé, travaillez avec des principes

Les principes permettent de la flexibilité.
Un exemple?

Une règle,c’est travailler par tranche de 25 minutes.
Un principe c’est travailler en se chronométrant ou en étant attentif à son niveau d’énergie. Suivre son flow.

Une règle, c’est se lever tous les jours à 5h.
Un principe c’est commencer les journées par quelque chose d’important pour soi.

Une règle c’est supprimer toutes les interruptions sur son lieu de travail
Un principe c’est prendre des pauses dédiées aux interruptions et à la distraction plutôt que des périodes de concentration intense.

Une règle c’est ne jamais travailler le soir.
Un principe c’est éviter de travailler le soir.

La règle nous enferme. Le principe accepte notre condition humaine évolutive.

Vous mangez tous les jours la même chose? Moi non plus. Je varie en fonction de mes envies. Mais j’ai des principes alimentaires (pas de sucre, alimentation à certains moments de la journée, etc)

Vous avez besoin toutes les nuits de la même durée de sommeil? Moi non plus, après certaines nuits de 4 heures je me réveille avec un niveau d’énergie très élevée. Après des nuits de 8 heures, je n’arrive pas à émerger.

Je me souviens d’une personne qui méditait, une fois sa séance terminée je suis allé lui demandé si elle méditait tous les jours (car je méditais à l’époque tous les jours, et j’en étais fier). Elle me dit « non, uniquement quand j’en ressens le besoin ».

J’ai pas compris à l’époque. Aujourd’hui je comprends mieux.

Certains jours je m’entraîne deux fois par jour. D’autres jours je ne fais rien. Parfois je fais mes exercices de respiration le matin et soir. Parfois à 10 heures en plein travail, je m’éloigne de mon bureau et vais faire mes exos. Parfois je ne mange pas de la journée. Parfois je mange quelques légumes à midi afin de ne pas étrangler les cons que je vais rencontrer l’après-midi.

Parfois je fais du stretching et parfois pas. Je suis à l’aise avec cette sorte de danse imprévisible.
Si on compare ce mindset au technique de combat, on pourrait dire que la méthode GTD, c’est le Kravmaga de l’organisation. Si ton adversaire t’étrangle, tu fais ça. S’il sort un couteau, tu agis ainsi. Le problème arrive quand tu fais face à une terminator.

De l’autre côté, il y a le systema (cet art martial russe) qui te donne des principes: continuer de respirer, utiliser les articulations de ton adversaire et son élan, etc.

Mon organisation est plus en mode systema aujourd’hui.

Mais peut-être que dans une année mon discours aura changé.

Comme IAM était mon groupe de rap adoré entre 10 et 14 ans, Rammstein était mon groupe fétiche de 14 à 18 ans, et aujourd’hui Maceo me met en transe.

Je pense que la discipline rigoureuse est nécessaire, mais petit à petit le corps (ou le petit rebelle) prend la relève et comprend les bénéfices d’une certaine pratique. Il devient demandeur. La discipline est toujours là, mais elle n’est plus vécu comme une contrainte.

Trouvez cette zone. Cette zone entre le désorganisé complet qui réagit aux événements et qui navigue à vous et cette surdiscipline qui vous déconnecte de vos besoins, de vos amis et vous empêche de profiter des opportunités.

Merci pour votre attention.

J.

Source études

Irresistible – Adam Alter

Secouez votre réseau (ou au moins quelques de vos amis intelligents)
il y a quelques mois

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous

Marine - il y a quelques mois

Hello ,

Concernant la réponse à ta question : un Smartphone cassé, d’autant plus que je n’en possède pas ^^. Par contre ouch ouille ça fait mal de voir la photo du français qui s’est pété la jambe…

En tous les cas, ça fait flipper le sondage là, sérieux 46% des jeunes adultes préfèrent avoir la jambe cassée ?!
Et les 6 secondes de Gmail aussi > faut croire que ces gens-là n’ont pas lu tes articles invitant à stopper les notifications (et pourtant, que ça fait du bien de pas en avoir !)

Tu te lève plus tard, est-ce parce que sur la longue tu avais des difficultés à tenir le rythme ? (trop contraignant, pas adapté à tes cycles ?) tu n’as plus besoin de ce temps sans être dérangé pour passer du temps sur tes projets ?

En tous les cas c’est clair que moins on passe de temps dans les trajets, mieux c’est.
Après, chacun ses priorités, genre des fois il faut choisir entre habiter dans un lieu avec un peu de verdure ou avoir moins de transport (et ça dépend des revenus également).

Cool en tout cas pour l’avancée de ton livre 🙂

« La régularité n’est pas un gage d’efficacité. Si vous doutez de mes propos, touchez-en un mot à un obèse qui s’alimente depuis des années… »

Bien vu. La régularité, les habitudes, c’est bien… si elles sont adaptées à ce que l’on souhaite (peut-être que le type il s’en fout d’être obèse).

« En gros j’étais toujours dans le futur. Dans la planification. Un peu trop. À en oublier ce que j’étais dans le présent et ceux qui m’entouraient. »

Sans doute trop de choses à faire, pas assez édulcoré ton emploi du temps, pas assez de périodes où t’es pas à fond.

En tous les cas, c’est cool que tu ais écouté le signal et réagit.

« Je travaille moins mais j’obtiens les mêmes résultats. D’ailleurs le chapitre 24 du bouquin a comme but de faire comprendre aux gens que le travail acharné n’est pas synonyme de résultats. »

Excellent !
Le moins mais mieux, quand le moins est au maximum focus sur notre important, c’est top. Cela implique de dépasser le « qu’en dira-t-on ? »…

Je prends des pauses régulièrement, plus ou moins longues, mais je ne me force pas à en prendre une si je suis dans une période création, comme la rédaction d’un article.
À moins d’être interrompue par un facteur externe ou de devoir m’interrompre (ex : c’est l’heure d’aller au taf, etc.)

« Auparavant je lisais un livre d’une traite puis passait au second, je me forçais à finir un livre. »

J’ai aussi connu ça, se forcer à lire tous les articles d’un magazine acheté ou d’un livre, j’ai fait des progrès à ce niveau. Sinon dans ma journée, outre ce que je peux lire sur Internet, je lis généralement 2 à 3 trucs différents (magazine, bouquin de non-fiction, roman/biographie, ce dernier avant de me coucher).

L’organisation c’est important. Savoir s’écouter aussi.
Tout comme adapter. On change. Nos paramètres également.

« C’est se connaître pour faire les bonnes choses au bon moment et produire l’effet désiré »

« Suivre son flow »

Je me rends de plus en plus compte de l’importance de ce principe, que j’applique de plus en plus (en fonction de mes paramètres).

Super article, bravo !

@+
(bon je crois que ça va faire une tartine tout ça^^)
Marine a publié récemment: Quelle est votre réalité ?My Profile

Répondre
Pascal - il y a quelques mois

Très bon article Julien !!
Cela correspond à un certain nombre de choses que je m’étais dite et le verbalisation entre principe et règle est pertinente.
Effectivement il faut savoir s’écouter, être dans le moment présent et s’organiser, se tenir parfois à des règles pendant un temps. Danse subtil que tout cela !

Répondre
Julien Leader Blogueur - il y a quelques mois

Salut @marine!

Merci pour ton retour. Cool si l’article te plait, ces temps je suis un peu blasé par l’écrit (overdose dû au livre probablement… j’ai besoin de sortir du “5 outils pour X bénéfice” qui fait très cliché comme nom d’article.

Peu de gens se posent réellement de questions sur la manière d’être plus efficace au quotidien. Et il ne faut pas oublier que l’emails / notification c’est le petit rush de dopamine… rare sont ceux qui souhaitent réduire leur conso (et c’est tant mieux pour nous…) car on atteint nos résultats plus rapidement qu’un addict.

Je ne sais pas pourquoi je me lève plus tard honnêtement. Mais une partie est dû au fait qu’en allant au lit à 22h, et en me levant à 6 heures, j’avais une paix mentale du style “ahhh une bonne grosse nuit de sommeil” qui me permettait de m’endormir rapidement.

Lorsque je mettais le réveil plus tôt, et que j’avais 7 heures devant moi, je me disais “Julien, il faut dormir” et donc je m’endormais moins bien…
C’est con hein?

Merci pour la tartine 😉

Je retrouve un peu de temps pour écrire.. je vais m’y remettre.

J.

Répondre
Julien Leader Blogueur - il y a quelques mois

Sacré Tango!

Répondre
Marine - il y a quelques mois

Salut !

Blasé de l’écrit du coup ou « juste » des articles x trucs pour y bénéfice ?
Ce n’est pas forcément la même chose…
Après, c’est sûr qu’avec l’écriture d’un livre en parallèle, ça fait beaucoup !
Il vaut mieux faire moins mais mieux comme tu le dis souvent

« Peu de gens se posent réellement de questions sur la manière d’être plus efficace au quotidien. »

J’ai aussi cette impression et quand tu en parles « ah oui mais j’ai pas le temps » (pour se pencher sur l’organisation). Alors qu’en réalité pour modifier quelques petits trucs qui peuvent faire une grande différence, cela demande souvent peu de temps et ça en fait gagner.

Non pas con ton truc de « paix mentale » et puis je serai mal placée pour te dire que c’est con moi qui avance mon réveil ^^.
Penses-tu que cela peut être lié de te coucher à 22h surtout ?
Je veux dire, je sais pas comment c’est en Suisse mais en France, si tu te couches à 21h c’est « très tôt » pour beaucoup de gens, la société, tout ça (ce qui ne veut pas dire que ce soit « bien » ou non, c’est un autre sujet). Du coup, si tu te couches à 22h, ça rentre plus dans la logique sociétale, c’est socialement mieux perçu et plus facile à vivre, et ça te facilite la vie au final (en gardant le nombre d’heures que tu as besoin pour récup).

Ciao 😉
Marine a publié récemment: Réussite : partie visible de l’icebergMy Profile

Répondre
Julien Leader Blogueur - il y a quelques mois

Salut !

En fait j’adore toujours écrire, mais j’ai l’impression de me répéter. De tourner en boucle, il faut plutôt que je m’amuse sur le style (le comment).
Ce que je suis en train de lancer avec le nouveau site.

Sinon ici oui, si tu vas te coucher à 22h tu es considéré comme normal. Mais à 21h3, tu es perçu différemment. Un peu anormal 😀

Merci pour ton commentaire 🙂

J.

Répondre
Marine - il y a quelques mois

Salut ,

cool pour le nouveau site, c’est bien de prendre du plaisir dans ce que l’on fait.
après la répétition, c’est aussi un excellent moyen de bien ancrer les choses.
il est déjà lancé ce nouveau site ? (en clair : tu as un lien ? 🙂 )

ok pour l’heure du coucher, c’est clair que varier ne serait-ce qu’un peut de ce que “on dit” et hop, t’es bizarre ^^ (moi on me dit que je mange tôt le soir – 19h)
Marine a publié récemment: Avez-vous envie ou besoin ? Le vrai problèmeMy Profile

Répondre
Laissez une réponse

CommentLuv badge


Pour répondre à un commentateur, utilisez le sigle: @ + nom de l'auteur